Comprendre un être à travers ses diverses incarnations

Cet être hors du commun que j'évoque dans la partie L'éternel retour, et plus encore dans le livre intitulé Et si Platon avait raison n'est pas toujours aisément reconnaissable d'une incarnation à l'autre, d'un rôle à l'autre.

Pourtant il lui est arrivé de reprendre plusieurs fois le même signe, de façon inconsciente je pense, mais significative cependant :

Quand il décida de partir en croisade après avoir eu une vision lors d'un moment de sa vie où il a frôlé la mort, Saint Louis fit coudre sur son épaule une croix rouge , signe qu'il s'engageait dans ce pélerinage pour libérer la Terre Sainte suite à la prise de Jérusalem par les musulmans.

 

Voici la narration de Joinville sur les derniers moments du roi : "Et j'ai entendu raconter à monseigneur le comte d'Alençon, son fils, que, quand il approchait de la mort, il appela les saints pour l'aider et le secourir, et spécialement monseigneur saint Jacques, en disant son oraison qui commence Esto Domine, c'est à dire : Dieu sanctifiez et protégez votre peuple. Il appela alors à son aide monseigneur saint Denis de France, en disant son oraison dont le sens est : " Sire Dieu, donne-nous de pouvoir mépriser la prospérité de ce monde, afin que nous ne redoutions nulle adversité." Et j'ai alors entendu dire à monseigneur d'Alençon, que Dieu absolve, que son père invoquait madame sainte Geneviève. Après le saint roi se fit coucher sur un lit couvert de cendre, et mit ses mains sur sa poitrine, et  en regardant vers le ciel il rendit son esprit à notre Créateur, à l'heure même où le Fils de Dieu mourut sur la croix pour le salut du monde". Jean de Joinville. Vie de saint Louis.

Plus tard, le même être qui avait déjà découvert l'Amérique du nord vers l'an mille, sous le nom de Leif Ericson, fils d'Erik le Rouge qui s'était converti au christianisme, réapparut à la surface de la terre sous le nom de Christobal Colomb. Son projet de vie était absolument résolu : traverser la mer Océane, persuadé qu'il était qu'il trouverait une terre à l'issue de cette traversée, et que c'était une sorte de mission divine qui lui incombait..... avait-il la mémoire de son voyage précédent environ cinq siècles avant ? Sans doute que non, pas de façon consciente, mais inconsciemment oui, car les âmes gardent dans leur noyau central profond la mémoire de tout leur passé.... et avant de s'incarner, elles ont un projet de vie.

Donc, encore une fois, quand il prit la mer, ce grand navigateur, ce grand voyageur, se plaça sous le signe de la Croix rouge .

Voici comment il rendit l'âme :

A la fin d'avril 1506, la santé de l'Amiral décline. Sa goutte et l'arthrite le font souffrir. Colomb est alors transporté de Ségovie à Valladolid. Seuls sont présents à son chevet ses deux fils Diego et Fernando et ses frères Bartolomeo et Diego, ainsi que des moines franciscains du couvent voisin.Christophe Colomb, Amiral de la Mer Océane, vice-roi des Indes, meurt le jour de l'Ascension en murmurant : «In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum» (Entre tes mains Seigneur, je remets mon esprit).

Je précise pour ceux qui voudraient comparer les visages qu'aucun portrait de Christophe Colomb ne correspond en réalité au personnage, aucun n'ayant été réalisé d'après nature.

Allons plus loin, ou plutôt plus près de nous dans le temps ....

Napoléon n'a jamais choisi ce signe de la Croix Rouge, car l'époque n'était pas favorable pour afficher des couleurs et surtout un signe religieux trop marqués : la croix étant essentiellement devenue un symbole chrétien, alors même que ce signe existait avant le christianisme. Or Napoléon voulait réconcilier tous les partis, les religieux, les athées, les royalistes et les républicains.... Il se fit cependant sacrer Empereur à Notre-Dame , ainsi reçut-il l'onction divine comme lorsqu'il fut sacré Roi avant.... et cela peu le comprirent de son temps, ses compagnons d'armes furent les premiers étonnés de le voir conférer une dimension sacrée à son règne, lui qui avait été un jeune républicain quelques années auparavant.

Il créa la légion d'honneur, sur le même principe que l'ordre de Saint Louis, à ceci près que cette récompense n'était plus réservée aux seuls nobles, mais ouverte à tous les hommes de valeur et de courage. Cependant, au lieu d'une croix à quatre côtés, il choisit la forme de l'étoile à cinq branches, ce qui témoigne d'une haute connaissance des formes symboliques, le pentagramme étant une forme très élevée spirituellement, comme je le développe par ailleurs dans une analyse sur la sagesse de Léonard de Vinci ( in Et  si Platon avait raison , Aigle Botté éditions  2015)

Peut-on concevoir ce que vécut l'Empereur sur les champs de bataille, ce qu'il éprouva en voyant tous ces morts, tous ces blessés le plus souvent laissés sans secours ? Bien sûr comme chef des armées il ne laissa pas ses sentiments s'exprimer, au contraire, il restait stoïque en toutes circonstances.... il bloquait ses émotions, d'où ses douleurs abdominales, car le ventre est le siège des émotions.... On put le voir blême cependant après la terrible bataille d'Eylau dont le sort fut décidé par la charge héroïque de Murat, et lors de la retraite de Russie où l'ennemi s'appelait le général Hiver. Murat qui poursuivit lui son parcours avec une évolution d'âme exceptionnelle dans le rôle inouï du Voleur de feu, Arthur Rimbaud ( voir ma page sur les yeux de Rimbaud et aussi celle sur mon expérience )

La plupart de nos contemporains connaissant peu ou mal l'Histoire, et cela en raison des lacunes volontaires de l'enseignement actuel et même de la propagande anti-napoléonienne distillée depuis des décennies, se l'imaginent tel un tyran fasciné par la guerre, toujours ouvrant les hostilités, alors que ces guerres avaient déjà commencé après la Révolution française, et qu'il n'eut de cesse de proposer des traités de paix avec les puissances européennes, et qu'il ne fit que réagir aux attaques ou aux mouvements de troupes des diverses coalitions dirigées contre la France et surtout contre les principes républicains qui inquiétaient vivement les monarchies voisines.

Les dernières volontés de l'Empereur sont célèbres et ont été réalisées : " Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la  Seine, au milieu de ce peuple français que j'ai tant aimé".

Mais s'il semble difficile de concevoir ce qu'éprouva et ce que pensa réellement Napoléon de son vivant, combien paraîtra-t-il téméraire et incertain de le suivre après le 5 mai 1821, dans ce qu'on appelle couramment la mort, dans ce qui est en réalité le détachement du corps physique et l'envolée de l'être dans d'autres plans plus subtils ... Et pourtant, en esprit, j'ai essayé de le suivre encore dans cet au-delà, car j'ai voulu le connaître tout à fait et il m'a accordé cela, de le connaître dans son essence même, de toucher son être dans sa dimension d'éternité.... cela eut lieu en Orient à la fin du XXème siècle, c'est ce qui a ouvert en moi toutes ces formidables et inimaginables remontées de mémoires...

Comme tous les humains qui , en "mourant", se détachent du plan terrestre, il lui fut donné de revoir son parcours de vie, de prendre la mesure de ses actes et de leurs conséquences pour lui et pour les autres.... Alors je pense que son âme est arrivée à saturation , en raison de l'accumulation des guerres menées dans cette dernière incarnation et dans celles qui précédèrent, et cela depuis l'Antiquité.

Henri Dunant

J'avoue que pour cette dernière intuition, j'ai un doute.... je ne suis pas très sûre... la couleur des yeux a changé, et cela est possible... Le caractère doux et charitable de Dunant me paraît être une magnifique évolution si cette hypothèse d'une réincarnation de l'homme précédent est vraie... donc, je suis vraiment hésitante, j'ai eu des signes et des intuitions allant dans ce sens, mais le doute subsiste et je vous en fais part, car je ne prétends pas tout savoir... il y a dans mon ressenti des évidences, il y  a aussi des incertitudes. Voici donc l'intuition suivante :

Alors il décida, ou bien il reçut la mission , car "là-haut" on reçoit de sages enseignements, surtout les âmes élevées et réceptives, la mission de revenir pour agir, non contre le principe même de la guerre, les guerres  ont toujours existé et existent encore aujourd'hui, mais cela est lié aux limitations égoïstes de la personnalité, aux influences astrales et aussi aux violences faites sur les animaux qui entretiennent les humains dans la cruauté.... mais de revenir pour agir en faveur des blessés laissés sans secours sur les champs de batailles.

Alors il revint dans un pays neutre, la Suisse, et sa nature religieuse alors domina sur sa part belliqueuse... il se trouva tellement ému, tellement scandalisé en parcourant le champ de bataille à Solférino qu'il n'eut de cesse toute sa vie durant de créer un organisme de secours aux blessés. Il portait alors le nom d'Henri Dunant, et reprit alors le signe de la Croix Rouge sous lequel depuis Saint Louis il avait agi.

Voici les dernières volontés d'Henri Dunant concernant son inhumation dans une lettre écrite à un ami : « Je souhaite être porté en terre comme un chien le serait, sans une seule de vos cérémonies que je ne reconnais pas. Je compte sûrement sur votre bonté pour veiller sur mon dernier désir terrestre. Je compte sur votre amitié pour qu'il en soit ainsi. Je suis un jeune disciple du Christ comme au premier siècle, c'est-à-dire rien. »

Vour allez vous récrier, me trouver complétement insensée de faire ainsi un parallèle entre Napoléon et Henri Dunant, on dirait plutôt que ces hommes sont des antithèses : l'un avant tout un guerrier, souvent froid et apparemment insensible, plutôt dominateur avec les femmes,disons légèrement misogyne,  l'autre profondément pacifiste et féministe..... en effet, je le reconnais, percevoir une continuité ici paraît déroutant... mais en fait il y a ici une belle suite logique : le Roi Louis IX était aussi très bon et connu pour ses actes d'altruisme et de piété.... c'est une part de lui qui n'a pas pu pleinement s'exprimer, en raison de la dureté des conflits politiques, quand il a accepté de jouer le rôle de l'Empereur...rôle difficile... je ne vois pas qui d'autre que lui aurait pu jouer une telle partition...

Toutefois observez les visages de Napoléon et de Dunant, rasez imaginairement les horribles favoris de ce dernier, observez le vaste front,les tempes dégarnies, le regard plein de feu, le nez aquilin..... et songez aussi que tous deux eurent des projets politiques universels, comme ce projet de bibliothèque universelle que rêva le citoyen de Genève... c'est vraiment là une marque de son génie au travers des siècles. Il doit aimer aujourd'hui ces possibilités d'échanges sans frontières offerts par internet.

Car comprenez bien que ce ne sont que des rôles dans diverses pièces, différents moments du temps terrestre... Pour connaître vraiment un Acteur, il faut le reconnaître à travers ses différents rôles, au-delà des costumes portés,de la couleur variable des cheveux, ou des yeux, des actions menées, comme au cinéma, on reconnaît un acteur même d'un rôle à l'autre quand on ne se laisse pas prendre au jeu du jeu, au jeu du "je"... le connaître en soi, tel qu'il est  en réalité, dans les coulisses... dans le hors-temps.

Cette vie d'action altruiste en fondant la Croix-Rouge lui a fait du bien, a apaisé son âme, après la vie de chevauchées et de conflits de la période impériale, après les souffrances de l'empoisonnement lent à Longwood, le visage d'Henri Dunant âgé respire la bonté.

Ainsi une âme  de vie en vie évolue-t-elle... rien n'est figé... nous évoluons dans le temps et l'espace. Voyez à présent son visage actuel.. Que vous dit ce visage ? Qu'exprime-t-il...?

 

Alors, peu après, de façon bouleversante mon âme a reconnu Saint Louis, je l'ai reconnu car c'est la dernière vie incarnée que nous avions partagée, et il était alors comme je l'avais connu au XIIIème siècle, avec les mêmes cheveux blonds, la même intelligence profonde et visionnaire, et cette élévation spirituelle si intense.

Qu'il ait les cheveux blonds ou bruns, cela m'est bien égal, cela n'a pas d'importance en soi, mais sans doute cette ressemblance physique totale avec Louis, lui au siècle des Capétiens, m'a aidée à le reconnaître au premier regard, et même en-deçà du regard, par la seule présence de son être.... c'est difficile d'expliquer cela, c'est d'ordre vibratoire, les émanations que dégage un être, surtout un être pareil...