Roi poète musicien

Quelques réminiscences intuitives des vies passées de cet homme. Son visage m'avait fascinée quand je l'avais vu pour la première fois sur une pochette de disque au printemps 1994. Puis à partir de l'automne 1998 et de l'hiver 1999, les premières remontées de mémoire sont venues à la surface de ma conscience. Le premier souvenir vivant fut celui de Louis VIII dès octobre 1998, dans les jardins de l'abbaye de Royaumont deux jours après le souvenir éblouissant de saint Louis )
  Jean-Louis Murat a des souvenirs de ses vies passées,je l'avais compris depuis longtemps en écoutant attentivement les paroles de ses chansons.  Il l'a d'ailleurs dit dans ses chansons, mais peu l'ont compris : "Moscou en flammes", "Joachim", "Pauvre Arthur et le Mont Liban", "Charlemagne is back", "Je suis de François le vassal", "en frémit le Drap d'or"... Concernant Louis VIII, il n'a rien chanté d'explicite à ma connaissance (à part, " dans un enclos cathare" et une évocation de Marmande où un fameux massacre eut lieu), mais il vit actuellement en face de deux roches, sur l'une d'elle, la roche Sanadoire s'élevait un château féodal, et mes recherches m'ont amenée à penser que c'est en ce lieu que ce roi rendit l'âme en 1226, sans doute après avoir été empoisonné. Je publierai peut-être un jour un article sur cette étude qui remet en question la version officielle des historiens.


Vous remarquerez en outre que si Rimbaud est un de nos plus fameux poètes, François Ier a composé des poèmes, Joachim Murat aussi à ses heures calmes, et l'actuel Murat est à la fois poète , musicien et chanteur.
Rimbaud a clairement écrit plusieurs textes dans lesquels il se souvient de vies passées : "Qui étais-je au siècle dernier ? ", "Je me revois devant le peloton d'exécution, face à une foule exaspérée, pleurant du malheur qu'ils n'aient pu comprendre, et pardonnant"... (souvenir de l'exécution du Roi de Naples à Pizzo en 1815 ?)

Pour ceux que ce sujet intéresse, je recommande la lecture de RIMBAUD RETROUVÉ ( sur Rimbaud et Murat ), ou de VIVANT ( sur Murat et l'Empereur Napoléon Ier et sur tout mon parcours  afin de retrouver ces êtres et de retrouver qui ils furent avant.... une expérience de vie vraiment rare et bouleversante ).

Voici des années que je témoigne de mes souvenirs pour cet être, et beaucoup ne m'ont pas crue, ont pensé que ces idées étaient juste des croyances toutes personnelles uniquement fondées sur la ressemblance des traits des visages, mais voici que récemment, à l'automne 2018, dans l'album El Francese, Jean-Louis Murat lui-même, témoigne avoir des souvenirs de "Murat aux portes de Naples" et dans bien d'autres chansons, comme "Joachim", "La fille du capitaine", "Murat"... Il a également confirmé cela dans un article publié dans le monde du 29.09.18 :

 

JE ME SOUVIENS  

 

Je me souviens d’une terre brûlée alentour

D’une vallée de larmes où chacun cherchait l’amour

Je me souviens des frémissements les plus légers

Je me souviens

 

En demi-conscience j'allais au fond des ténèbres

Sous ta robe blanche la nuit est surnaturelle

Je m'souviens d’une voile tendue au fond de la nuit

Je me souviens

 

Je me souviens de deux mondes dans l’univers

Je me souviens de l’appel de la lumière

D’une dame en noir qui gifle le loup des mers

Je me souviens

 

Je me souviens par la bride dans l’obscurité

Je me souviens de l’altitude où j'me trouvais

Je me souviens boire, boire dans un même ruisseau

Je me souviens

 

Je me souviens d'un assassin dans la montagne

Une digue un pont la bataille de Wagram

D’une Milanaise et d’un qui vient à mourir

Je me souviens

 

Je me souviens de matins passés hors de France

Je me souviens du regard des gens de Florence

Je me souviens de savants de mains de bourreaux

Je me souviens

 

Je me souviens que le cœur frémit d’amour

Que l’amour s’en va si orgueil avec amour

Je me souviens qu’on me déshabille à la nuit

Je me souviens

 

Je me souviens du parfait vassal que j’étais

Pensant à voix basse pourquoi veut-elle me tuer

Je me souviens comme agité de tremblements

Je me souviens

 

Je me souviens que le père venait de mourir

D’une armée anglaise piétinant mes souvenirs

Je me souviens de Murat aux portes de Naples

Je me souviens

 

Jean-Louis Murat, "El Francese"

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •