Baudelaire Gainsbourg des analogies et des écarts

Voici déjà plusieurs années que j'ai eu cette intuition, que j'ai fait ce rapprochement entre ces deux grands poètes de la langue française... Mais comme des différences assez importantes existent entre leurs physionomies, je restais prudente et réservais à une éventuelle date ultérieure la publication de cette proposition nouvelle et importante.

À présent, nous sommes en novembre 2021, Baudelaire est né en 1821, il serait temps de lui rendre ce témoignage. Comme je le ressens de plus en plus comme une nécessité, car depuis le printemps dernier avec la parution du livre BALZAC GONZAGUE, je témoigne pour les décédés ( le mot "morts" ne convient pas puisque les êtres ont quitté le domaine visible ayant quitté leur corps physique, mais leur âme survit bien sûr dans un autre plan, dans cet espace indéfinissable de l'entre-deux vies terrestres)

Donc comme j'étudie souvent des poèmes de Baudelaire, encore récemment, je sens qu'il est temps, qu'il serait bien satisfait que je passe à l'action et sorte de ma prudente réserve. Ce que je fais en cette soirée de la Toussaint, veille du jour consacré aux défunts.

  • Charles Baudelaire

    Cette photo de l'auteur des Fleurs du mal est très connue, on voit son élégance, son fin visage, et surtout l'intelligence de son regard qui observe le monde sans concessions. Les lèvres sont minces et serrées, ce qui témoigne d'une sensualité assez retenue. Notez qu'on ne le voit jamais souriant, mais à l'époque il ne fallait pas sourire devant le photographe car le temps de pause était long.

  • Serge Gainsbourg

    Voici une photographie du jeune Serge, il est encore adolescent, si bien que les traits du visage ne sont pas encore marqués par l'alcool. Toutefois, il a des oreilles grandes et décollées, un nez déjà un peu busqué et des lèvres sensuelles, cette sensualité se manifestera notamment dans sa vie amoureuse. Son enfance fut difficile : Lucien Ginsburg de son vrai nom est le fils d'immigrés juifs d'origine russe et dut porter l'étoile jaune sous l'Occupation.

Le corps physique : continuité et variations

J'ouvre ici une réflexion nécessaire. Dans la plupart des autres pages de ce site, j'ai voulu mettre en avant les ressemblances entre les différentes incarnations des mêmes êtres, ce qu'on peut appeler au sens propre des avatars, même si le sens de ce mot a été dévoyé depuis peu.

Toutefois, il convient de comprendre qu'un être évolue d'une vie à l'autre, et que cela se traduit aussi sur sa manifestation physique. On peut le reconnaître, mais il n'est pas exactement semblable à celui qu'il fut dans un siècle antérieur. C'est un peu comme un acteur qui joue différents rôles dans différents films, et qui change de costume, qui change de couleurs de cheveux et même un peu de silhouette. Mais qui le connaît le reconnaît.

Par exemple, puisque j'ai beaucoup réfléchi sur un être en particulier, voici ce que j'ai observé : Alexandre le grand était blond, ensuite César je ne sais plus quelle était la couleur de ses cheveux avant qu'ils ne deviennent gris, par la suite ( c'est toujours lui !! et je passe sur certaines vies !) Leif Erikson qui découvrit l'Amérique vers l'an mille, était blond, normal pour un viking /Louis IX, le fameux saint Louis  était encore blond avec des cheveux mi-longs, car sa mère Blanche de Castille, petite-fille d'Aliénor d'Aquitaine, devait être blonde comme le montre ce tableau... mais quand il se réincarna sous le nom d'Henri de Navarre, futur Henri IV, il avait des cheveux plutôt roux ou châtain-roux et un nez très fort, puis ( c'est toujours le même d'après moi ) quand il renaquit en Corse, sous le nom de Napoléon, il était vraiment châtain, car la blondeur n'est pas répandue dans cette île méditerranéenne...

Ainsi, un être dans ses diverses incarnations, à la fois se ressemble à lui-même, car "le visage est le miroir de l'âme", selon la belle formule de Cicéron, mais il doit aussi intégrer des caractéristiques génétiques familiales et locales... il aura par exemple la peau et les cheveux clairs dans le nord de l'Europe, et plus bruns dans le sud.

Serge Gainsbourg a "hérité" de caractéristiques génétiques lourdes, avec ce nez et ces oreilles remarquables, il avait conscience de ne pas être beau... et pourtant, malgré cela il avait du charme, il plaisait aux femmes, même à de très belles femmes, Bardot, Birkin, Bambou( tiens que des B comme initiales BB !)... Il avait un sourire charmant et beaucoup d'humour.... Tandis que Charles Baudelaire, plus avantagé physiquement, avait souvent un air plus froid, sur les photos de lui que nous avons... Mais il souffrait d'une maladie grave et incurable à l'époque,la syphilis, et il souffrait aussi du manque d'argent.

  • Baudelaire

    Baudelaire était un dandy, très élégant. Il dilapida son héritage en peu d'années. Son génie inquiet apporte un étrange éclairage sur le monde, il était hanté par la mort et les forces du mal et par la crainte de la damnation... Il consommait de l'opium peut-être pour apaiser ses douleurs physiques et ses inquiétudes métaphysiques.

  • Gainsbourg

    Gainsbourg, également dandy, peut-être pour conjurer ses inquiétudes intérieures, sa timidité de jeunesse qu'il transmuta en provocations fulgurantes, se noya dans l'alcool, ce qui lui valut assez vite ces yeux vitreux et pochés. Et aussi ses déboires conjugaux... Mais regardez bien ces deux visages et voyez au-delà des petites différences... ce même dédain.

Le génie poétique

Baudelaire est incontestablement un des plus grands poètes de son siècle et de tous les temps. Sa maîtrise poétique se déploie dans Les Fleurs du mal où il chante à la fois son idéal de la Beauté et sa fascination pour le mal... Il est conscient de la laideur du monde, des puissances de destruction et des forces du mal. Son oeuvre fit scandale et fut condamnée pour immoralité en 1857 en raison de poèmes jugés trop érotiques. Dans Le Spleen de Paris il développe encore sa vision mélancolique de l'existence, son spleen, mais en écrivant cette fois des poèmes en prose, ce qui était assez nouveau. (Aloysius Bertrand avait déjà publié un recueil de poésie en prose en 1842, Gaspard de la nuit). Malgré son immense talent, l'oeuvre de Baudelaire ne fut pas vraiment reconnue de son vivant, et il vécut de façon assez misérable, ce qui lui donne cet air plein d'amertume que l'on voit sur les dernières photos (plus les douleurs de la maladie et les effets des opiacés)

Gainsbourg aurait voulu être peintre, mais le manque d'argent et un heureux hasard ( une porte de son appartement parisien s'ouvrait sur la salle d'un club de jazz), le firent se réorienter vers la musique. Il a dit dans une interview que "la vie de bohème lui semblait un anachronisme" .Gainsbourg aussi est un immense poète, un absolu inventeur de formes poétiques et rythmiques, un provocateur talentueux... Son oeuvre aussi fit scandale et il fut condamné par le Vatican pour le fameux "Je t'aime moi non plus"... Ayant manqué d'argent dans sa précédente vie, il s'employa cette fois à en gagner davantage, en renonçant à la poésie seule et en comprenant qu'elle serait plus populaire avec le support de la musique... Pari gagné !

Autre point commun notable : Baudelaire et Gainsbourg sont nés et morts à Paris, de vrais Parisiens donc. Ils sont nés tous les deux sous le signe du Bélier, et l'étude comparée de leurs thèmes de naissance m'a semblé être très intéresssante. Par exemple, tous deux ont Mercure en Poissons, le Mercure des poètes (comme Victor Hugo... comme moi, modestement). Ils ont des amas planétaires en Poissons et en Bélier, de grands carrés,de beaux trigones, mais j'observe surtout chez Baudelaire la position délicate de Pluton en conjonction à Mercure, et très proche de Mars, ce qui favorise les idées noires et les tendances destructrices, voire auto-destructrices. Par ailleurs le Soleil de Baudelaire est freiné par l'austère Saturne ce qui correspond à une expansion limitée de l'être,à des frustrations notamment financières en maison 8, il a été privé de son héritage et mis sous tutelle par son beau-père.Alors que celui de Gainsbourg bénéficie de la proximité de Jupiter, signe d'expansion, voire de succès.surtout en maison 1. L'originalité et le caractère imprévisible et changeant de Gainsbourg se voient dans la position dominante d'Uranus, première planète dans l'ascendant, et en amont du Soleil. En revanche l'opposition Mars-Neptune exprime des tendances idéalistes ne trouvant pas leur chemin dans la réalité et par compensation, une propension à fuir dans les médicaments, l'alcool, la fumée du tabac. La sensibilité amoureuse de Baudelaire est chaleureuse et passionnée ( conjonction Vénus-Jupiter en Bélier), celle de Gainsbourg associe les sentiments et la pensée ( conjonction Vénus-Mercure) avec douceur et tendresse (en Poissons), on peut même dire que l'amour est la source de son inspiration poétique.

  • Thème natal de Baudelaire

  • Thème natal de Gainsbourg

  • Jeanne Duval

    Jeanne Duval fut la maîtresse de Baudelaire, la "Vénus noire" ainsi nommée car elle était métisse... Elle inspira de nombreux poèmes érotiques à son amant. Leur relation fut profonde durable et tumultueuse. Notons ce choix d'une femme exotique, différente...

  • Jane Birkin

    Jane Birkin, beaucoup plus jeune que Serge, était une ravissante jeune Anglaise... Leur liaison fut très médiatisée, le musicien sut mettre en valeur la beauté et la sensualité de Jane pour accroître leur succès. Notez son origine étrangère et l'analogie des prénoms.

  • Poème pour Jeanne Duval

    Le serpent qui danse

    Que j'aime voir, chère indolente,
    De ton corps si beau,
    Comme une étoffe vacillante,
    Miroiter la peau !

    Sur ta chevelure profonde
    Aux âcres parfums,
    Mer odorante et vagabonde
    Aux flots bleus et bruns,

    Comme un navire qui s'éveille
    Au vent du matin,
    Mon âme rêveuse appareille
    Pour un ciel lointain.

    Tes yeux où rien ne se révèle
    De doux ni d'amer,
    Sont deux bijoux froids où se mêlent
    L’or avec le fer.

    A te voir marcher en cadence,
    Belle d'abandon,
    On dirait un serpent qui danse
    Au bout d'un bâton.

    Sous le fardeau de ta paresse
    Ta tête d'enfant
    Se balance avec la mollesse
    D’un jeune éléphant,

    Et ton corps se penche et s'allonge
    Comme un fin vaisseau
    Qui roule bord sur bord et plonge
    Ses vergues dans l'eau.

    Comme un flot grossi par la fonte
    Des glaciers grondants,
    Quand l'eau de ta bouche remonte
    Au bord de tes dents,

    Je crois boire un vin de bohême,
    Amer et vainqueur,
    Un ciel liquide qui parsème
    D’étoiles mon cœur !

    Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

  • Poème écrit pour Brigitte Bardot

    Initials B.B.

    Une nuit que j'étais
    À me morfondre
    Dans quelque pub anglais
    Du cœur de Londres
    Parcourant l'Amour Monstre de Pauwels
    Me vint une vision
    Dans l'eau de Seltz
    The initials, the initials, the initials B.B
    The initials, the initials, the initials B.B

    Tandis que des médailles
    D'impérator
    Font briller à sa taille
    Le bronze et l'or
    Le platine lui grave
    D'un cercle froid
    La marque des esclaves
    À chaque doigt
    The initials, the initials, the initials B.B
    The initials, the initials, the initials B.B

    Jusques en haut des cuisses
    Elle est bottée
    Et c'est comme un calice
    À sa beauté
    Elle ne porte rien
    D'autre qu'un peu
    D'essence de Guerlain
    Dans les cheveux
    The initials, the initials, the initials B.B
    The initials, the initials, the initials B.B

    À chaque mouvement
    On entendait
    Les clochettes d'argent
    De ses poignets
    Agitant ses grelots
    Elle avança
    Et prononça ce mot
    "Alméria"
    The initials, the initials, the initials B.B
    The initials, the initials, the initials B.B
    The initials, the initials, the initials B.B
    The initials, the initials, the initials B.B

    Serge Gainsbourg

La vie antérieure

Ajoutons que Baudelaire croyait à la réincarnation, ainsi que Hugo, ainsi que moi ( Mercure en Poissons ce n'est pas seulement un esprit poète,c'est aussi des capacités intuitives, visionnaires)

La vie antérieure

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

Je sais que beaucoup d'admirateurs de Baudelaire vont hurler et trouver que Gainsbourg est très inférieur... je n'en suis pas sûre... il a évolué... on n'écrit plus en alexandrins au XXème siècle, ou, même si on est capable d'écrire ainsi mais  si on veut vivre de son art, il vaut mieux s'adapter aux attentes du public. De plus, au niveau musical Gainsbourg était très doué, il a sans cesse inventé, renouvelé et évolué.D'ailleurs le Serge Gainsbourg des débuts écrivait des textes en vers réguliers parfaits, comme la Javanaise, La Chanson de Prévert, Le poinçonneur des Lilas...Ensuite, il a intégré l'arrivée de la musique anglo-saxonne et  des rythmiques plus rock.

Dans quel état d'esprit j'écris

Chers lectrices et lecteurs,

 

Sachez que quand j'écris de tels articles en mémoire des décédés, j'essaie de me mettre au diapason, j'essaie de percevoir par je ne sais quel sens subtil, par l'âme sans doute, s'ils approuvent ou non mes choix de mots, les photos ou portraits que je sélectionne, les arguments que je développe... C'est vraiment particulier mais très serein et sans aucune crainte... je l'ai particulièrement éprouvé lorsque j'ai écrit sur feu Gonzague Saint Bris, je peux même dire que parfois il m'a guidée pour me permettre d'avancer et de comprendre certaines choses que je n'aurais sans doute perçue seule... Ainsi, je témoigne qu'une communication est possible entre les deux mondes.. mais vous êtes nombreux sans doute à le savoir déjà, à l'avoir expérimenté.

Bien cordialement,

Sophie Desestoiles